Positionnement scientifique

L’ED SISEO est une école pluridisciplinaire qui fédère 9 unités de recherche autour de 3 objets scientifiques et leurs interactions :

  1. les organisations, où l’on s’intéresse aux systèmes socio-économiques, juridiques et territoriaux,
  2. l’environnement où l’on considère les systèmes environnementaux dans un contexte de changement
  3. les systèmes dans les domaines de l’informatique, de la mécatronique et de biologie de la motricité

Les laboratoires sont positionnés majoritairement sur un objet de par leur discipline, mais travaillent fréquemment sur les interactions entre ses objets, interactions qui nécessitent de croiser des méthodes et des outils développés par différentes disciplines.

 

L’ED SISEO permet ainsi de renforcer les synergies entre ces domaines et d’en créer de nouvelles, notamment en termes d’outils et d’approches méthodologiques au niveau de l’instrumentation, de la conception de nouveaux procédés, de la modélisation et du traitement des données. L’innovation et l’aide à la décision, tant en ce qui concerne l’environnement, les organisations que les nouvelles technologies, passent avant tout par l’acquisition de nouvelles connaissances auxquelles oeuvrent les laboratoires impliqués dans l’ED SISEO. Un de leurs dénominateurs communs forts est d’appréhender leurs objets respectifs de recherche (bâtiments, montagne, lac, masses de données…) sous les angles de la systémique et de la complexité. La compréhension des dynamiques environnementales et territoriales, l’intégration de fonctions dans les dispositifs à haute valeur ajoutée, la conception d’organisations et de systèmes intelligents, passent par les approches multiparamètres et font appel à des notions souvent partagées par plusieurs laboratoires de l’ED.

L’objet centré sur les organisations traite plus particulièrement des sociétés humaines, en particulier dans la dimension des systèmes socio-économiques, juridiques et territoriaux. Il s’agit de décrypter les organisations et les marchés (formes hybrides d’organisation, organisations en réseau, systèmes de management des RH, systèmes intelligents, systèmes d’information…) et de rendre compte des problèmes d’organisation des systèmes socio-économiques dans leur complexité. Ces approches recouvrent les dimensions de la cognition, de la décision, de la norme, de l’organisation et de l’action. Il s’agit notamment d’étudier l’évolution dynamique des systèmes d’acteurs hétérogènes, ce qui renvoie aux notions d’apprentissage organisationnel, de construction de représentations, d’asymétrie informationnelle, de nouvelles formes d’organisation qui réguleront les comportements des acteurs. Il s’agit également d’envisager l’organisation dans sa dimension normative et juridique : le marché économique (production, distribution, consommation, gouvernance d’entreprise), les questions environnementales, comme beaucoup d’autres questions sociétales, font l’objet d’un traitement juridique qu’il est intéressant d’étudier en corrélation avec d’autres approches, notamment économiques. Il s’agit enfin d’intégrer la dimension territoriale comme élément de réflexion, comme paramètre du système environnemental, comme acteur et comme facteur de diversité.

L’objet centré sur l’environnement recouvre, au sein de l’ED, à la fois les dynamiques des milieux naturels et anthropisés, les dynamiques des territoires, l’analyse des impacts environnementaux sur l’Homme, l’analyse des effets anthropiques sur les milieux, la modélisation des dynamiques à venir ainsi que les modes de réponse (techniques, socio-économiques, juridiques, territoriaux). La compréhension des dynamiques actuelles et de leurs évolutions (passées et à venir) est incontournable pour définir les modalités d’une gestion environnementale raisonnée. Traiter les problématiques environnementales et territoriales suppose d’intégrer les compétences et les regards des différents champs disciplinaires travaillant sur l’environnement. L’approche interdisciplinaire est, du point de vue des laboratoires de l’ED, le bon vecteur pour répondre aux demandes de gestion intégrée et de développement durable des environnements et territoires. La coopération entre laboratoires travaillant sur les problématiques environnementales permet de travailler selon un transect allant de la connaissance fondamentale aux réponses adaptées en termes de traitement (eaux usées, qualité de l’air), de gestion intégrée des ressources (eau, neige, paysages…), d’activités économiques adaptées (tourisme hivernal, logique de transport…) et d’actions territoriales (classement). Les travaux doctoraux développés au sein de l’ED SISEO concernent essentiellement les environnements de montagne (de la très haute altitude à leur piémont, en milieu terrestre et aquatique) et ses différentes composantes (géosciences, hydrosciences, sciences de l’environnement, gestion environnementale).

L’objet centré sur les systèmes permet, grâce à la formalisation de concepts et d’outils communs de recherche, de traiter aussi bien les systèmes mécatroniques, les systèmes de fusion d’informations, les systèmes environnementaux (éco-, hydro- géo-systèmes) que les systèmes organisationnels (intelligence économique, dynamique d’acteurs, territoire). Pour l’ensemble de ces systèmes au coeur des recherches des laboratoires concernés, une attention particulière est portée sur les modèles et leurs représentations afin de favoriser les transferts d’information et les outils d’aide à la décision en direction des acteurs. Les liens avec les deux autres objets sont nombreux :

  • avec les sciences de gestion, économiques et juridique, l’accent est mis sur le rôle de la connaissance dans l’ingénierie des organisations (processus de conception des systèmes d’information intelligents, nouvelles formes d’intermédiation telles que les TIC, aspect procédural du management stratégique…), avec des applications, par exemple, en matière de planification, de logistique, de veille technologique ou, plus généralement, d’intelligence économique.
  • avec les sciences de l’environnement, l’accent est mis sur les interactions Hommes/Milieux et l’évaluation des impacts passés, actuels et à venir ; l’approche systémique couplée aux systèmes d’information spatiale (SIG, 3D) constitue un vecteur de convergence disciplinaire.