Les travaux de recherche du LIBM récompensés par le « Trophées de l’Innovation » de la Fédération Française de Football avec le projet « Pocket Lab »

Une équipe de chercheurs composée par Pierre Samozino du Laboratoire Inter-universitaire de Biologie de la Motricité (LIBM) de l’Université Savoie Mont Blanc, Jean-Benoit Morin de l’Université Côte d’Azur (LAMHESS), Pedro Jimenez-Reyes de l’Université du Roi Juan Carlos (Madrid) et Carlos Balsalobre (en photo ci-dessus) de l’Université autonome de Madrid, a remporté, avec le projet « Pocket Lab, le premier Prix de l’innovation en catégorie « Sport Performance » lors des « Innovation Awards » de la Fédération Française de Football (FFF).

Ce concours international organisé par la FFF et le Sport Innovation Summit a pour but de mettre en avant les innovations dans les domaines de la performance et de la santé au service des sportifs et sportives. La FFF décerne ses Trophées de l’innovation, dans trois catégories, parmi plus d’une centaine de candidatures françaises et étrangères. Les trois lauréats peuvent ensuite expérimenter leurs projets avec la FFF.

Pocket Lab, l’équivalent d’un véritable laboratoire d’analyse de la performance sportive proposé dans des applications smartphone

Le projet « Pocket Lab » est basé sur le développement d’applications pour smartphone et tablettes pour l’analyse de la performance et des qualités musculaires des sportifs et sportives.

Sur les quatre applications smartphone développées dans le cadre du projet « Pocket Lab », deux applications phares, MyJump et MySprint, sont basées sur les travaux scientifiques menés et publiés par le LIBM ces dernières années en collaboration avec l’Université Nice Cote d’Azur. Elles permettent d’évaluer certaines qualités musculaires des sportifs et sportives avec une grande précision dans des conditions de terrain, c’est-à-dire hors des laboratoires. Les qualités musculaires évaluées sont : la puissance maximale musculaire des jambes (dans un mouvement de saut ou de sprint) et le profil musculaire force-vitesse, c’est-à-dire les capacités de production de force aux différentes vitesses de mouvement possibles, allant des vitesses quasiment nulles à des vitesses extrêmement élevées.

Photo extraite du magazine Sport & Vie, n°159, novembre-décembre 2016

« Ce profil force-vitesse est important et très différent entre les sportifs car les capacités à produire de la force à vitesse lente ou à vitesse élevée ne sont aucunement liées : être capable de produire de grand niveau de force en statique ne présage en rien la capacité à produire de la force lors de mouvements rapides. Et connaitre ces deux qualités musculaires est essentiel pour aider à orienter l’entrainement et optimiser les performances nécessitant de l’explosivité » souligne Pierre Samozino.

Ces applications sont utilisées dans le monde entier par des sportifs et sportives amatrices mais également des clubs professionnels en France et à travers le monde, incluant des clubs de NBA (ligue de basket pro aux USA), de NFL (ligue de Foot US aux USA), NFL (ligue de Hockey aux USA), football (ligue 1), athlétisme, Rugby (Top14), etc. Elles sont également utilisées dans le cadre des travaux de recherche du LIBM et d’autres laboratoires en France et à l’étranger sur la performance sportive de haut niveau.

Des applications smartphone développées à partir des travaux de recherche du LIBM

Sur la base de modèles biomécaniques développés au LIBM, les travaux de recherche, sur lesquels s’est construit le projet « Pocket Lab », ont permis de proposer et valider deux méthodes évaluant les qualités musculaires des membres inférieurs des sportifs et sportives : une lors d’un mouvement de saut vertical et l’autre lors d’un mouvement spécifique de sprint. L’originalité de ces méthodes réside par leur utilisation sur le terrain : elles ne nécessitent pas de matériel de laboratoire lourd et onéreux. Elles ont néanmoins été validées en comparant les valeurs obtenues avec ces méthodes aux valeurs obtenues avec des outils de laboratoire faisant référence. Les différences observées étaient très faibles, montrant ainsi leur précision et fiabilité.

Une fois les qualités musculaires évaluées de manière précise sur les sportifs et sportives, il est nécessaire connaitre les qualités musculaires idéales cibles à atteindre afin d’orienter l’entrainement, ou le réentrainement après une blessure, dans l’objectif d’optimiser la performance. D’autres travaux du LIBM ont permis d’identifier, là aussi sur la base d’un modèle biomécanique validé expérimentalement, le profil musculaire optimal pour améliorer les performances d’explosivité sur un terrain de sport.

Ces modèles biomécaniques ont ensuite été intégrés dans les applications « Pocket Lab » pour smartphone par les deux collègues espagnols impliqués dans l’équipe du projet.

En savoir plus